Sommaire

Ce joli nom qui pourrait évoquer le faste et le luxe n'a pourtant rien d'innocent. Ce germe pathogène responsable d'infections plus ou moins graves, est sous surveillance depuis longtemps. Où le trouve-t-on, comment se transmet-il et de quelle manière s'en prémunir ? On vous parle tout de suite du staphylocoque doré dans cet article !

Staphylocoque doré : qu'est ce que c'est ?

Le Staphylococcus aureus, plus communément appelé « staphylocoque doré », appartient à la famille des coques dits « à gram positif ».

On trouve trois principaux types de staphylocoques :

  • Staphylococcus saprophyticus, souvent responsable d'infections urinaires ;
  • Staphylococcus epidermoids ou staphylocoque blanc ;
  • Staphylococcus aureus, ou staphylocoque doré.

Jusqu'ici, le staphylocoque doré était le germe (ou bactérie) le plus couramment rencontré chez l'homme et celui qui causait le plus de complications. Le staphylocoque doré est en réalité dépassé par l'agent pathogène Kingella kingae (KK) qui était jusqu'ici difficile à isoler et à identifier. C'est désormais possible avec l’amélioration des techniques de culture et l’usage des techniques moléculaires.

Les staphylocoques dorés font partie de notre flore cutanée naturelle et colonisent particulièrement les muqueuses externes, plus particulièrement la muqueuse nasale.

Staphylococcus aureus peut être plus dangereux chez certaines personnes dans un contexte particulier :

  • chez les personnes hospitalisées ou en post-opératoire (infections nosocomiales) ;
  • lors d'une lésion cutanée, une blessure même superficielle ;
  • chez les personnes au système immunitaire affaibli (maladie auto immune, traitement médical immunosuppresseur, etc.) ;
  • chez les personnes diabétiques ;
  • lors d'une intoxication alimentaire après une mauvaise manipulation ou conservation des aliments.

Staphylocoque doré : complications

Les pathologies provoquées par Staphylococcus aureus vont dépendre de l'organe infecté et peuvent provoquer :

  • des ostéomyélites (atteinte des os) ;
  • des endocardites (atteinte du cœur) ;
  • des pneumopathies (atteinte des poumons) ;
  • des infections urinaires ou pyélonéphrites (infection des reins) ;
  • une septicémie (avec risque d'amputation dans certains cas) ;
  • une gastro-entérite avec vomissements, diarrhées etc.

Prévention contre la contamination au staphylocoque doré

Afin d'éviter au maximum une contamination par le staphylocoque doré, notamment en milieu hospitalier, lesrègles d'hygiène sont depuis longtemps au cœur de la prévention :

  • L'isolement des patients « contacts » est obligatoire.
  • Un traitement par antibiothérapie est mis en route en urgence après la découverte d'une infection par Staphylococcus aureus.
  • Se laver les mains est la meilleure défense contre les bactéries. Un lavage complet durant au moins 20 secondes est la meilleure prévention contre la prolifération des bactéries. Vous pouvez également utiliser un SHA (lotion antiseptique).
  • Les coupures et blessures cutanées doivent rester toujours propres et désinfectées et couvertes de bandages stériles et secs jusqu’à complète cicatrisation.
  • Une bonne manipulation des produits frais ainsi qu'une bonne conservation : si la chaîne du froid se brise avec des aliments frais restés dehors trop longtemps, la prolifération des staphylocoques est très rapide.

Dans la plupart des cas, on vient facilement à bout d'une infection à Staphylococcus aureus avec un traitement antibiotique.

Cependant il existe aujourd'hui un staphylocoque doré dit « résistant à la méticilline » plus grave et avec un taux de mortalité plus élevé, qui pose un grave problème de santé publique particulièrement dans les hôpitaux.